Trains, pistes et sentiers historiques

Lorsque le développement des États-Unis a commencé et que l’expansion vers l’Ouest a débuté, la région de l’Amérique réelle était très touchée par des épisodes de migrations humaines. Remontez le temps et découvrez les triomphes et les tragédies de l’ancien ouest en suivant l’un des nombreux chemins historiques de la région.

Le sentier Lewis & Clark

En 1804, Meriwether Lewis et William Clark se sont présentés à la demande du président Thomas Jefferson pour explorer le nouveau et vaste “Territoire de Louisiane” qui venait de doubler la taille des États-Unis. Durant les deux prochaines années et demi qui ont suivi, Lewis, Clark et leur troupe les Corps of Discovery ont parcouru 8 000 miles à travers le Missouri actuel, le Kansas, l’Iowa, le Nebraska, le Dakota du Sud, le Dakota du Nord, le Montana, l’Idaho, l’Oregon et Washington. Les résultats de cette mission ont permis l’ouverture de l’Ouest américain et ont beaucoup contribué au caractère et au destin actuel de la nation.

C’est lorsqu’ils ont longé la rivière Missouri à travers le Dakota du Sud actuel, qu’ils ont eu leur première rencontre avec la Great Sioux Nation. Le groupe a passé l’hiver dans le Dakota du Nord, puis s’est dirigé vers la rivière au printemps de 1805. Ils ont continué vers l’ouest dans un pays “sur lequel le pied de l’homme civilisé n’avait jamais foulé le sol” dans le Montana actuel, atteignant les cours d’eau du Missouri à proximité de Trois fourchettes.

Avec l’aide de Sacajawea et des Shoshones (une tribu amérindienne), l’expédition a mené la troupe à traverser les Bitteroot Mountains dans l’Idaho. Grâce aux services d’un guide Lemhi-Shoshone, ils ont suivi les portions de la route vers le nord sur le sentier des Nez Percés (le sentier était un sentier indien avant d’être le sentier Lewis et Clark). Lorsque le groupe a rencontré la tribu des Nez Percés, les hommes de Lewis et Clark étaient frigorifiés, affamés et malades. Les Nez Percés les ont alors nourri, et aidé à retrouver leur santé et ainsi ont ainsi préservé leur vie.

En descendant les rivières Clearwater, Snake et Columbia, les explorateurs ont atteint l’Océan Pacifique en novembre 1805. La troupe a ensuite résidé avec les Indiens Nez Percés, en attendant que la neige fonde dans les Bitteroots. Ils se sont ensuite divisés près de Missoula, au Montana, puisque Lewis a exploré les rivières Blackfoot, Sun, Marias le nord du Montana et Clark est parti en direction du sud-est de Yellowstone. Ils se sont retrouvés aux confluents des rivières Missouri et Yellowstone et ont ensuite continué vers l’est.

Les explorateurs d’aujourd’hui peuvent suivre la route de Lewis et Clark à travers, le Dakota du Sud, le Dakota du Nord et le Montana en voiture, en bateau, à pied ou à cheval. La plupart de la route est bien balisée, et il existe de nombreux sites d’interprétation.

Dans le Dakota du Sud, près de la ville actuelle de Yankton. Le Lewis & Clark visitors center au Gavin’s Point Dam possède des expositions concernant l’expédition et des informations sur l’histoire de la rivière Missouri. La zone de loisirs Lewis & Clark propose des locations de canoë, de bateaux, et des sentiers de randonnée. Un peu plus vers l’ouest, Chamberlain possède l’une des plus belles collections d’art et d’objets de Lakota. Lower Brule propose des séjours en Tipi pour se plonger dans l’univers tribal et organise des visites au cœur de la Sioux Nation. À Pierre, visitez le Cultural Heritage Center et l’exposition “Oyate Tawich’an” pour découvrir toute la culture indienne américaine. On peut entre-autres apercevoir une médaille d’amitié de Jefferson, que les explorateurs ont offert aux tribus qu’ils ont pu rencontrer lors de leur expédition.

Le North Dakota Lewis & Clark Interpretive Center est situé à Washburn, au nord de Bismarck, et donne un aperçu de l’expédition de Lewis et Clark, avec un accent particulier sur le temps passé à Fort Mandan pendant l’hiver 1804-1805. La Interpretive Center’s Bergquist Gallery présente l’art de Karl Bodmer, et fait partie de l’une des quatre galeries au monde à abriter une collection complète. Les œuvres changent selon les saisons.

Le Fort Mandan a été reconstruit et se trouve dans les forêts à proximité de la rivière Missouri. Il possède plusieurs salles où l’on peut apercevoir les différents équipements de l’expédition de Lewis & Clark. Les interprètes sur place fournissent des programmes et proposent un tour d’horizon de l’année 1804-1805 de Lewis & Clark. Le Headwaters Fort Mandan Visitor Center, inspiré d’un Earthlodge de Mandan, offre de nombreuses facilités, une zone d’accueil, une boutique de cadeaux et un centre d’apprentissage sur les forêts de peupliers autour de Fort Mandan.

Au Montana, l’expédition couvrait plus de kilomètres que dans les autres états. Aujourd’hui, vous pouvez faire une halte sur l’Upper Missouri National Wild and Scenic River, conservé tel que la troupe Corps l’a vu. À Great Falls, le Lewis And Clark National Historic Trail Interpretive Center raconte l’histoire de l’ensemble du voyage de 8 000 miles avec un intérêt particulier pour les Indiens que les explorateurs ont pu rencontrer en cours de route. À Helena, les «Gates of the Mountains» de la rivière Missouri peuvent être vus depuis un bateau grâce à des tours organisés, ou à pied. Vous pourrez alors découvrir à la fois l’histoire et la vie sauvage. Travelers Rest State Park, en dehors de Missoula, contient ce que l’on croit être le camp de l’expédition de septembre 1805 et de juillet 1806. A l’est de Billings, au Pompeys Pillar, on peut trouver la signature sculptée de W. Clark, qui est aujourd’hui encore la seule preuve physique de leur long voyage.

 

La route Oregon

De Courthouse Square à Independence, de Missouri à Oregon City sur la rivière Willamette, la route Oregon était la première route vers l’ouest pour les Américains qui migraient de l’Est il y a 150 ans. La longueur de la route est de 1,923 miles, et elle a été utilisée de 1843 à 1868. La durée du voyage a varié de cinq à six mois, et la plupart des wagons émigrants ont voyagé à une vitesse moyenne de 12-20 miles par jour.

Le point le plus élevé de la route Oregon est South Pass et se situe à 2260 mètres, près de Lander, dans le Wyoming. On estime que plus de 350 000 personnes ont parcouru cette route pendant cette période, ce qui en fait la plus grande migration de masse de l’histoire humaine. Jusqu’à 35 000 personnes ont péri le long de la route. Elle a permis aux États-Unis de se développer vers l’ouest par l’Oregon par le seul courage de la population.

L’histoire a laissé sa marque, sculptée dans les collines de roches à proximité de Guernesey, dans le Wyoming. De nombreux restes de la route peuvent encore être visibles au Wyoming, et ces traces sont remarquables. Un court sentier mène jusqu’à des entailles profondes dues au passage des roues de milliers de wagons. Register Cliff, situé à deux miles au sud-est de Guernesey, a permis aux voyageurs d’inscrire leur nom sur la roche.

Pour être totalement immergé dans le voyage d’un émigrant, montez à bord d’un wagon au National Historic Trails Interpretive Center in Casper, dans le Wyoming. Ressentez les secousses du wagon tiré par un bœuf lorsque vous traversez la North Platte River. Visitez également Fort Caspar pour voir une réplique d’un ferry utilisé par les émigrants pour traverser la rivière avant la construction du premier pont dans cette zone. Depuis Casper prenez l’autoroute Wyoming 220 ouest pour une promenade d’une heure jusqu’à Independence Rock (le point de repère le plus connu de la route de l’Oregon) et visitez le Handcart Visitor Center situé à Devils Gate, où vous pouvez pousser une véritable charrette Mormon.

Suivez ensuite le sentier ouest jusqu’à Fort Bridger, puis voyagez vers le nord sur US 287, à l’ouest sur l’autoroute 28 du Wyoming, vers le sud sur Wyoming Highway 372, puis vers l’ouest sur l’Interstate 80. Il vous faudra environ cinq heures pour rejoindre Fort Bridger depuis Independence Rock sans pauses. Mais il est possible de poursuivre le voyage avec une nuit supplémentaire en cours de route.

Fort Bridger, est un important point d’approvisionnement construit «sur la route des émigrants» en 1843, et a été exploité par Jim Bridger et Louis Vásquez. C’est ainsi devenu un poste de l’armée américaine. Aujourd’hui, il est possible de s’approvisionner avec des biens du XIXe siècle dans le Forthedger Stockhed (recrée) et d’explorer les bâtiments de l’époque militaire.

 

La route des Nez-Percés
L’un des chapitres à la fois les plus tragiques et les plus héroïques de l’histoire de l’Amérique de l’Ouest s’est produit durant l’été et au début de l’automne 1877 lorsque la bande du Chef Joseph a donné l’ordre aux 750 Indiens Nez-Percés, de quitter leur terre dans le pays Wallowa au Nord-Est de l’Oregon et de passer à une autre zone. Des conflits se sont produits et les Nez-Percés se sont engagés dans une fuite épique, à pied, à cheval, à travers l’Idaho, le Wyoming et le Montana, pour fuir au Canada, en vain.

Le Nez Percés n’avaient que 250 guerriers parmi eux, mais ils ont combattu dans plus de 20 batailles contre un total de plus de 2 000 soldats aidés par de nombreux volontaires civils et des Indiens d’autres tribus. Leur parcours a traversé trois états, dictés par une stratégie habile. Les Nez Percés ont parcouru plus de 1 500 miles avant d’être piégés et obligés de se rendre dans les Bear Paw Mountains du Montana en octobre 1877. Ils ont été arrêtés juste à la limite de la frontière canadienne où la sécurité les attendait. Le général William Tecumseh Sherman a appelé la saga de Nez Percés «la plus extraordinaire des guerres des Indiens».

Les survivants des Nez Percés ont été envoyés plusieurs années en exil dans l’Oklahoma actuelle avant d’être autorisés à retourner sur leur terre dans le nord-ouest, où leurs descendants vivent encore.

À partir de Spalding, le Nez Perce National Historic Park visitor center propose un musée, un film et des visites pour mieux comprendre la culture des Nez Percés. Près de Kamiah, les visiteurs peuvent observer le site culturel du «Heart of the Monster». L’actuel chemin fait une boucle et coupe vers le nord-est à travers l’Idaho le long du sentier Lolo sur les rives de la rivière Lochsa (U. S. Hwy 12) et entre ensuite dans le Montana près de Missoula. La tribu s’est dirigée vers le sud, fuyant la Bitterroot River Valley jusqu’à ce qu’elle rencontre les troupes du Colonel John Gibbon et combattent. Cette bataille est commémorée par le Big Hole National Battlefield Monument and Visitor’s Center, sur la Route 43 près de Wisdom.

En entrant dans le parc de Yellowstone depuis l’ouest, les Nez Percés ont rencontré certains des premiers touristes. Les Nez Percés sont sortis de Yellowstone deux semaines après leur entrée, manquant de peu une rencontre avec leur ennemi, le général William Tecumseh Sherman, à l’est de Yellowstone. Les Nez Percés traçaient une échappée magistrale. Ils se sont retrouvés face à la Shoshone River près de Cody (Wyoming) et se sont échappés sur une route qui les a directement mené au Clark’s Fork Canyon. La route 296 au nord-ouest de Cody porte maintenant le nom, “The Chief Joseph Highway”. Le Yellowstone’s Nez Perce Creek, qui alimente la Firehole River, a été nommé ainsi en hommage à cette tentative désespérée vers la liberté.

La tribu est entrée dans le Montana le long de Clark’s Fork et s’est aventuré au nord. Là-bas ils s’engagent dans la bataille de Canyon Creek contre le Général Sturgis. Le site de la bataille est à 7,5 miles au nord sur une route secondaire (numéro 532) et on y trouve actuellement la statue du chef Joseph et le Canyon Creek Battlefield Marker. Au sud de Chinook, le champ de bataille Bear Paw est devenu un parc national (le Nez Perce National Historic Park) et signe l’arrêt final de la troupe. Une visite autoguidée est possible, et le Blain County Museum à Chinook sert aujourd’hui de centre pour les visiteurs pour le compte du parc National.

 

Trains & Circuits

La construction des chemins de fer transcontinentaux qui permettaient l’accès à l’Ouest américain ont inauguré une nouvelle ère de développement et conduit la population à développer la région jusqu’à ce qu’elle soit telle que nous la connaissons aujourd’hui. Que ce soit par Amtrak, les musées ou les trains à vapeur historiques, l’héritage du Iron Horse vit toujours dans la région de Real America.

À Cheyenne, dans le Wyoming vous pouvez visiter une grande variété d’attractions liées à l’activité ferroviaire. Big Boy # 4404, exposé au Holliday Park, est connu pour être la plus grande locomotive à vapeur jamais construite. Au Lions Park, une autre exposition dresse le portrait du fort héritage du chemin de fer dans l’ouest. Le Wyoming Transportation Museum, situé au sein du dépôt historique de l’Union Pacific, est un must pour les amateurs de trains. Gillette, abrite le Rockpile Museum, qui détient le wagon Burlington Northern Caboose. Le musée offre également la possibilité d’en apprendre davantage sur l’histoire des chemins de fers.

Le Black Hills Central Railroad, est situé dans le Dakota du Sud, et propose un trajet en train de 32 km (20 miles) entre Hill City et Keystone le long d’une ancienne route minière utilisée autrefois par les colons. En voyageant à travers ces paysages à couper le souffle, les passagers remontent le temps et découvrent l’histoire de la région. Le Adams Museum à Deadwood offre aux visiteurs la possibilité de voir la première locomotive de la région de Black Hills.

Le Peter Yegen Jr. Yellowstone County Museum à Billings, dans le Montana offre aux visiteurs un aperçu du passé avec l’exposition de la locomotive américaine # 1031. Plus au nord, le Sheridan Depot affiche fièrement une locomotive qui était en avance sur son temps. Cette locomotive a fait le voyage d’Aurora, dans l’Illinois à Savanna, (Illinois) en 1957 avec un train de 12 voitures en seulement 1 heure et 11 minutes. L’Izaak Walton Inn a été construit sur la ligne principale de Burlington Northern et accueille aujourd’hui des activités pour les amateurs de chemin de fer… et propose même une nuit dans un wagon restauré. Faites de la randonnée, du ski de fond ou de la raquette dans le Glacier National Park.

Anaconda, dans le Montana abrite le Copper King Express. Prenez le train d’Anaconda à Butte et découvrez les sites historiques, la beauté naturelle, et profitez du dîner ou simplement du confort de ces voitures récemment rénovées. Pendant les week-ends, Virginia City présente la locomotive à vapeur Baldwin construite en 1911 et offre aux visiteurs la possibilité de se déplacer entre les villes minières historiques de Virginia City et Nevada City. Alors que vous pouvez à Lewistown sauter à bord du populaire Charlie Russell Chew Choo et profiter d’un dîner à bord.

Dans le Dakota du Nord, vous pouvez visiter le State Railroad Museum à Mandan et découvrir les Railroad Days chaque été. Au Fort Lincoln Trolley à l’extérieur de Bismarck vous pourrez monter dans un tramway datant de 1890, aujourd’hui restauré et qui a circulé le long de Fourth Street à Bismarck dans les années 1920. Pour les amateurs de frissons, empruntez le Highline Bridge : long de presque 1.2 km et perché à 49 mètres au-dessus de la rivière, c’est l’un des ponts ferroviaires les plus longs et les plus élevés des États-Unis.