Les Black Hills

Site sacré pour les indiens, les Black Hills, dominées par les 2350m du Harney Peak, attirent de nombreux visiteurs. Certaines routes étroites, comportant des tunnels, telles que la Needles Highway (fermée en hiver), ne sont pas toujours accessibles aux grands motorhomes. Il faut donc prendre son temps et la fréquentation estivale n’arrange rien.

 

 

 

Rapid City offre de nombreuses possibilités d’hébergement, mais on peut préférer séjourner dans de petites localités au parfum western. Enfin, on peut choisir l’un des lodges du Custer State Park, plus proche de la nature et illustrant les débuts du tourisme. Rapid City, porte d’entrée Ouest de l’état, est la plus grande ville du secteur. On peut se laisser tenter par son vieux centre en briques orné de sculptures de rues et le superbe Journey Museum, consacré aux différents aspects de la région.  Faites aussi un saut à l’Alex Johnson Hotel construit en 1928 par le Chicago & Northwestern Railroad pour admirer son lobby. Prairie Edge est l’un des magasins les mieux                                                      achalandés en artisanat indien.

 

 

KeystoneDans le sud-ouest des Black Hills, entre Custer et Newcastle côté Wyoming, se trouve Jewel Cave NationalMonument, créé par le Président Théodore Roosevelt en 1908. Les fanas de voyages au centre de la terre et les passionnés de spéléo et de géologie réunies, iront visiter cette grotte exceptionnelle par sa longueur.Avec ses 230km, Jewel Cave est le deuxième au monde dans cette catégorie. Ce sont ses cristaux de calcite recouvrant ses sols et ses murs déposés à l’évaporation de l’eau qui lui valent son sobriquet. Prévoyez une petite laine car la température n’y dépasse pas 9°C. 4 tours de 20mn à 1h45 sont proposés, tous accompagnés par les rangers.

 
 A propos d’ambiance western, c’est dans ces collines que trône Deadwood au passé mouvementé, illustré par Wild Bill Hickok et Calamity Jane, théâtre de la fameuse série télévisée homonyme. Sa Main Street est restée relativement authentique malgré le tourisme un peu envahissant amené par les casinos (le jeu fut à nouveau autorisé en 1989) et les investissements de Kevin Costner après le succès de « Danse avec les Loups ».

 

 

Au nord du centre, Ta Tanka – Story of the Bison est un centre d’interprétation financé par Costner qui voulait rendre hommage à la nation et à la culture indiennes, en particulier les Lakotas. La curiosité la plus remarquable est une immense sculpture de bronze, plus grande que nature, représentant en pleine prairie naturelle un troupeau de 14 bisons dégringolant d’un précipice, chassés par 3 cavaliers sioux. A Lead, on peut visiter l’immense Homestake Gold Mine à ciel ouvert qui fit la fortune de Randolph Hearst, le magnat de la presse qui inspira « Citizen Kane » à Orson Welles.

 

 

 Spearfish Canyon est le décor de la scène finale sous la neige du film de Kevin Costner. Le High Plains Heritage Center, sur les hauteurs de Spearfish, est dédié à l’histoire locale. Au Nord, les motards se donnent rendez-vous chaque année début août du côté de Sturgis pour un énorme rassemblement haut en couleurs. Un concentré d’americana pur jus qui plaira aussi bien aux novices de l’Amérique qu’aux aficionados purs et durs, à condition de réserver très longtemps à l’avance.